Etude technique pour l'adduction d'eau et l'irrigation

Feuille de route n°2

Décidément les ancêtres continuent à veiller sur nous et le projet! Nous venons de passer 24h au village avec un groupe improbable: uncouple de russe très sympa Maya et Slava en voyage de noce et un couple de français en vacances, mais pas n’importe lesquels. Maya la russe fait partie du staff d’une grosse entreprise pétrolière (Red Mountain Energy) Un de ses patrons, grand sportif, est venu « par hasard »passer quelques jours chez Mathieu. Touché, lui aussi, par le projet de développement en cours à Andavakoera, il a eu envie de s’investir socialement et financièrement dans le projet. Maya est chargée d’approfondir l’idée et « par hasard » encore la jeune française est en fait franco-russe et peut servir d’interprète, même si les deux russes parlent très bien anglais. Nous voilà donc à visiter les sites, avec interview vidéo en anglais s’il vous plait, pour présenter les projets au staff à Moscou. Le soir repas super concocté par Tinah et Mathieu, fortes libations au punch, concours de danses russes (Kazatchoc, et c’est un malgache qui gagne) etc… Le lendemain matin, initiation à l’escalade pour tester une idée de leur boss: faire venir régulièrement des membres de l’entreprise, en vacances, pour à la fois vivre des vacances sportives et participer quelques jours aux réalisations dans le village. Et c’est là qu’une question me vient spontanément: « et si nous allions présenter le projet … à Moscou ?!? » Pour rester bassement matérialiste, il y a une forte participation financière au projet… Quelle histoire, mes aïeux.

Alain est parti vendredi via Tana pour rencontrer un ingénieur malgache de SOMEAH, filiale malgache de SOGREAH (bureau d’étude grenoblois d’hydraulique, d’envergure mondiale.) Il était enchanté par son séjour ici, tant par le contact avec les villageois facilités par sa gentillesse naturelle, et par le travail accompli avec sa compétence et son efficacité. Les deux projets – eau potable et irrigation – sont maintenant bien calés et leur faisabilité clarifiée. Il reste à mettre au propre, à faire les plans d’exécution et à budgétiser l’ensemble… Alain à déjà prévu de revenir l’an prochainpour suivre les différentes étapes de réalisations.

Pendant ce temps nous avons décidés avec les villageois de finir une case en tôle destinée au départ comme bureau du président, jamais terminée depuis 3 ans. Cette case va servir d’annexe à l’école car nous avons obtenu l’autorisation d’ouvrir une maternelle. Dalle en béton, ouverture d’une fenêtre, volets et porte, commande de 6 nouveaux bureaux. Dans la foulée, nous améliorons les cases des

instituteurs, Robert, le deuxième instituteur a une femme et deux enfants, entassés l’an passé dans 6m2… En vue des longs chantiers de l’an prochain, je vais « tester » deux conducteurs de travaux malgaches susceptibles de suivre les travaux en continue. Aujourd’hui c’est monsieur Jean Maurice, conducteur de travaux conseillé par un marchand de matériaux. J’en suis à ma énième visite des sites avec explications à la clef, tel le guide touristique de base! Ce monsieur m’a semblé compétent et expérimenté, très intéressé à la perspective de 6 à 8 mois de travail l’an prochain. Ce séjour est différent des autres: peu de réalisations concrètes mais une phase d’étude très fructueuse et positive qui était indispensable. Les villageois sont un peu sidérés par ce défilé de visiteurs, comprenant mal comment leur petit village isolé devient le centre du monde! Mais avec nous, ils prennent l’habitude de ne plus s’étonner de rien et ils ont confiance.

Charlie rentre demain à Paris, alors que Philippe, médecin arrive. Guy arrive de Tana le 9 octobre, pour l’éducation numérique. Nous repartons tous le 14 octobre. Beaucoup de mouvement et de réunions en perspective! Heureusement la piste est en assez bon état, et monsieur Honoré, avec son taxi 4L jaune brinqueballant assume les déplacements.

Jacaqueline