Feuille de route numéro 6

Dernières nouvelles du village

« Que la lumière soit et la lumière fut », comme a dit quelqu’un de célèbre !

Nous en étions restés à l’arrivée de l’équipe d’ESF ou plutôt d’Energie Coopération Développement maintenant. Quatre gaillards donc, du Jura (ssique supérieur, très supérieur même) accompagnés de Njaka le technicien, de Tsila son apprenti, tous arrivés en taxi brousse et 4×4 , avec armes et bagages ( environ une tonne)après 30 heures de route !!! Deux retraités EDF, Marc et Bob, chevilles ouvrières du projet en France, déjà 12 ans de projets à Mada, Didier toujours actif à EDF et leur ami Jacques, retraité RATP en vacances … très actives. Ils avaient aussi dans leur bagage, Linlin , le jeune technicien du village qui venait de passer 15 jours à Tana en formation dans le centre Akamasoa du Père Pedro. Tout ce beau monde a attaqué de suite les travaux dans le local prévu, mais hélas pas terminé à temps, et dans les cases.

Bob Didier Jacques N’jaka Tila

Linlin

Romulus

Marc

Assemblage et installation sur le toit des panneaux solaires, tout l’équipement de charge des batteries, les batteries elles mêmes, qui auraient dû être conditionnées à Akamasoa et prêtes à l’emploi (nous sommes à Mada) et l’installation dans les cases soit deux lampes à led et une prise pour la radio. Romulus était aussi sur tous les fronts : électricité, électronique, informatique et traductions. Quelle belle équipe : compétence, efficacité, gentillesse, bonne humeur, émotions et l’étonnement des villageois.

La première case équipée a été celle de Jaomisy, le vice président du village, homme sympa, discret et efficace : quelle émotion le soir quand la lumière de cette case a été éclairée et la radio branchée ! Enfin y voir clair, plus de lampes à pétrole fumantes et malodorantes à la lumière falote, plus de bougies, plus de piles chinoises de mauvaise qualité qui jonchent ensuite le village : économies et moins de pollution. 35 familles s’étaient pré inscrites pour ce projet, ESF avait amené 50 batteries qui ont finalement toutes été  « louées », tant l’avantage est apparu évident à tous : 50 000 Ar (moins de 2 euros) à l’installation et 4000 Ar par charge (1,5€) au minimum chaque mois ou davantage selon l’usage. Il y aussi une grosse batterie à l’école, dans la nouvelle classe pour un éclairage 12 volts à led et 2 prises 220 volts pour l’ordinateur portable que nous avons laissé aux instits ; l’an prochain nous amènerons un vidéo projecteur et des documents pédagogiques = une école moderne !

Un comité de gestion a été mis en place pour le contrôle financier et éthique de l’opération, avec l’appui de notre comptable Alain Charlet et celui de notre indispensable Romulus. Ce duo local est la condition sine qua non de la réussite de l’opération ; les ancêtres ont été une fois encore avec nous.

Case de Robert éclairée

Alain et Romulus, nos correspondants locaux

Au terme de ce deuxième séjour 2012, j’ai envie de m’amuser à distribuer bons et mauvais points à ceux que nous avons côtoyés !!

Un très bon point à nos amis du Jura : quand ils sont repartis le local était opérationnel et 20 cases déjà équipées. Romulus, Linlin et Antonio, son adjoint, doivent terminer les installations dans les cases dans les deux semaines à venir.

Un mauvais point à Jean-Maurice, le responsable des travaux, qui n’a pas respecté ses engagements par négligence et un manque de respect inadmissible des ouvriers (les villageois n’ont pas voulu travailler avec lui). Il n’a pas apprécié les pénalités de retard que nous lui avons appliquées…

Un bon point à Janvier et aux costauds du village : durant ce séjour il a fallu reprendre toutes les malfaçons du chantier précédent ; lavoir, douches et assainissement. Nous avons repris notre ami Janvier comme chef d’équipe et il a pu pratiquement tout reprendre avec une dizaine de villageois contents de retravailler directement avec nous. Là aussi efficacité, enthousiasme et rires ; j’ai eu du mal à trouver quoi leur faire faire pour finir la semaine tant ça « déménageait » !! Assainissement des lavoirs aux normes, douches superbes, clôture de l’école enfin terminée, Réfection du toit de la case de Robert avec des tôles, mise en sécurité partielle encore des locaux où du matériel cher pourrait attirer les convoitises.

Ali, Maître Be et Jean jacques

Janvier

Les douches

Les 2 classes réunies

Un mauvais point à certaines ONG : 4×4 rutilants, personnel administratif pléthorique, faibles retombées sur le village. Par exemple cette ONG venue au village pour distribuer des fournitures scolaires, plus tee shirt et cartable, aux enfants les plus pauvres, notamment ceux qui venaient juste d’être enfin scolarisées dans le cadre de la lutte contre le travail des enfants. Noble initiative mais les 10 enfants ainsi repérés n’étaient pas tous du village, certains vivaient à Diego et d’autres inscrits comme par hasard en CM2 pour bénéficier du parrainage au collège ! Une certaine confusion s’en est suivie pour un faible bilan, une douzaine d’enfants bénéficiaires (pas forcément judicieusement choisis), jalousie générée chez les autres mais belle photo pour le journal et satisfaction des 6 personnes qui s’étaient déplacées dans leur beau 4×4 …

Par contre la réunion au village avec la vingtaine d’organismes concernés par le village en lien soit avec l’aire protégée de la Montagne des Français (administrations et ONG) soit avec les aménagements de notre association et de Jungle Park, en présence des villageois, a permis de se connaître et de réfléchir sur les coordinations possibles. Les villageois ont quelque difficulté à comprendre ce qui leur arrive, eux qui étaient considérés il y a peu de temps encore comme les « arriérés » de la commune rurale de Ramena ! Ils apprécient cependant. Malheureusement beaucoup de bonnes intentions, pour certaines déjà avancées depuis des années, qui restent sans effet concret, le plus souvent par manque de moyens financiers ; seuls quelques projets générateurs d’emplois devraient aboutir, notamment pour la protection d’une espèce de lémuriens en voie de disparition.

Il y aussi la méconnaissance du terrain comme celle du correspondant malgache d’une ONG américaine intéressée aux possibilités pharmaceutiques de la montagne des Français. Il s’étonnait que nous apportions l’électricité sans contrepartie des villageois : « vous auriez pu leur demander en compensation de reboiser 2 hectares ».Quid des plants, de la plantation, de la clôture anti zébu, de l’entretien, donc de mois de travail sans salaire pour des gens en économie de survie ? Il y a des projets de pépinières mais sans aucune chance de succès s’il n’y a pas un financement de A jusqu’à Z.

Autre exemple : une ONG propose une formation à l’hygiène et à la santé, mais sans financer la « case santé qui doit être l’apport des villageois », soit environ 4000 euros. Même refrain.

En attendant la montagne fume, des centaines de sacs de charbon de bois quittent le village discrètement …

Un bon point pour les femmes du village qui se sont lancées à fond dans la fabrication de paniers superbes et qui ont appris à gérer collectivement les gains déjà perçus, notamment pour le rachat de la matière première. Femmes de tous âges qui se rassemblent en dehors de leurs nombreuses tâches ménagères pour tisser les brins de « mokoty » qu’elles ont au préalablement teintés, tout en papotant et en riant, avec quelques pauses pour allaiter les bébés. Nous avons remplis nos bagages de paniers à vendre en France pour financer leur formation, comme nous leur avons expliqué ; autonomie encore.

Un bon point à Jacqueline qui les aide dans la gestion et qui s’est lancée dans une fructueuse campagne de commercialisation : déjà 35 paniers commandés par des hôtels de Ramena, en plus de ceux vendus par Mathieu et Tinah lors d’une rencontre à Jungle Park. Les femmes ont donc pu voir que ça marche !

Un mauvais point à Augustin, président du Fokontany (village en malgache), qui a fomenté cet afflux d’enfants à l’école, plus d’une trentaine venus de l’extérieur, pour le seul intérêt financier et aux de la qualité de l’enseignement pour les enfants d’Andavakoera. Finalement la conseillère pédagogique et l’inspecteur sont montés aux villages pour une réunion avec le président et les instits, puis avec les parents. Le comble est que le dit Augustin avait fait venir des enfants du village voisin d’Ivovona, distant de 3,5 km, celui là même où les grands enfants d’Andavakoera devaient aller avant 2008 !

Un bon point à Florent et David, nos deux amis marins pécheurs, qui nous font passer de super dimanches réparateurs en mer d’Emeraude. Un changement pour ce dernier dimanche : ils nous emmenés rencontrer une branche de leurs familles dans deux villages de brousse – Ambolobozybe et Ambolobozykely – (essayez de prononcer ça rapidement … Ambouloubouz’be et Ambouloubouz’kel), situés à 2 heures de route de Diégo. Forêts de cocotiers et de mokoty, celui là même qui sert aux toitures et aux paniers, une mangrove magnifique qui ceinture une baie presque fermée sillonnée par des pirogues de pécheurs. Accueil super et délicieux repas dans un décor anachronique : ils avaient sorti des cases minimalistes de superbes fauteuils en palissandre et déroulé une nappe blanche sur une planche ! Gentillesse, simplicité et sourire sont vraiment les caractéristiques des malgaches que nous connaissons.

Cela représente bien l’état actuel de Mada…

 

Un bon point à Romulus dont nous avons déjà parlé. Il va encore suivre de près la fin des installations dans les cases, les premières charges de batteries et la gestion de l’installation en accompagnant Linlin dans les premiers mois.

Un mauvais point au scorpion qui a piqué Jacques au doigt quant il a voulu nettoyer sa chaussure…

Un dernier gros bon point aux ancêtres qui veillent toujours sur nous et interviennent discrètement et efficacement à chaque obstacle dans l’évolution des projets. Et qui ont permis que cette « mission » soit encore très riche sur les plans techniques et humains, avec un point fort concernant la formation des adultes, qui se complètera peut être par de l’alphabétisation le soir dans l’école éclairée.

Merci aussi à vous tous qui nous accompagnez de près ou de loin.

Et enfin il y a eu Sabotsy qui a senti confusément qu’elle ne serait plus là à notre prochain séjour ; notre vieille amie, maintenant aveugle et presque impotente, n’a pas eu ses éclats de rires habituels. Nous nous sommes étreints sans une parole, les larmes dans les yeux. Dehors les enfants jouaient en riant, les bébés tétaient les seins généreux de jeunes femmes enjouées.

La vie qui continue, tout simplement.

Denis

Monthly Archives: septembre 2015

Une journée thématique sur l’éducation le 4 décembre 2015.

Vous êtes à présent près de 500, de plus de trente pays et sur tous les continents, à avoir rejoint notre appel à consacrer à l’éducation au développement durable un « thematic day » à ces enjeux à l’occasion de la COP21 … Continue reading

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Une journée thématique sur l’éducation le 4 décembre 2015.

Pour en savoir plus sur le changement climatique.

Dossiers thématiques du CNRS Le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) propose une collection de dossiers thématiques et d’animations multimédias en ligne sur leur site web. Plus d’une vingtaine de dossiers sont actuellement disponibles dont certains en version multilingue … Continue reading

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Pour en savoir plus sur le changement climatique.

Engagement des Chefs d’Etats

Voici à quoi nos Chefs d’Etats vont s’engager lors de l’Assemblée générale annuelle des Nations Unies qui se tiendra du 25 au 27 septembre 2015 à New York. Les 17 Objectifs de Développement Durable – ODD succèdent aux Objectifs du … Continue reading

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Engagement des Chefs d’Etats

Climat et territoire, Lyon, juillet 2015

Vous pouvez revoir les vidéos et les interviews réalisées lors du Sommet de Lyon en Juillet 2015 « climat et territoires » ici. Vous trouverez, sur le site Internet, les éléments centraux qui ont marqué le Sommet Mondial Climat et … Continue reading

Posted in Uncategorized | Commentaires fermés sur Climat et territoire, Lyon, juillet 2015